Question écrite n° 55882 de M. Bernard Deflesselles

M. Bernard Deflesselles appelle l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la loi portant réforme de la biologie médicale adoptée en mai 2013, dont l’objectif était plus d’efficacité et de qualité pour les patients et les laboratoires. Les professionnels du secteur expriment aujourd’hui leur mécontentement face aux normes industrielles imposées par cette réforme et les investissements qu’elles génèrent. Nombre de biologistes sont contraints de vendre leur laboratoire et les jeunes biologistes ne veulent plus s’installer. Cette réforme représente donc une menace pour l’emploi dans la profession. C’est pourquoi il souhaite connaître les mesures que pourrait envisager le Gouvernement afin de protéger et soutenir l’emploi et le service de proximité dans ce secteur d’activité.

 

Réponse du ministre publiée le 26 août 2014

L’ordonnance n° 2010-49 du 13 janvier 2010 ratifiée par la loi du 30 mai 2013 relative à la biologie médicale a induit une réforme importante de la législation et de l’organisation des laboratoires de biologie médicale tant publics que privés. La possibilité pour les laboratoires de biologie médicale de s’organiser en structures multisites est une nouveauté de cette loi et vise à donner aux professionnels une liberté quant à l’organisation optimale pour la réalisation des trois phases des examens de biologie médicale. Les laboratoires multisites peuvent fournir une offre d’examens de biologie médicale plus diversifiée, des délais de communication de résultats plus courts. L’organisation des différents sites sur le territoire permet de répondre aux besoins de la population. Ainsi, cette possibilité d’organisation en multisites a induit un réarrangement des laboratoires : beaucoup de monosites ont fusionné entre eux, concrétisant ainsi des collaborations antérieures, mais au final, le nombre de sites global français n’a pas évolué depuis 2010. Par ailleurs, l’obligation d’accréditation est un parcours indispensable pour les laboratoires de biologie médicale français : facteur de qualité des pratiques, moteur pour une traçabilité sans faille et une qualité prouvée, moyen d’assurer la compétitivité des laboratoires français vis-à-vis des homologues européens, elle représente certes, un investissement important des professionnels du secteur, mais concourt sans nul doute à une amélioration des pratiques en biologie médicale. La quasi-totalité des laboratoires de biologie médicale ont obtenu, comme le prévoyait la loi, leur preuve d’entrée dans la démarche d’accréditation au 31 octobre 2013. A l’heure où les besoins de santé de la population sont croissants, et où la lutte contre les déserts médicaux est une des priorités du Gouvernement, il est essentiel de préserver le maillage territorial des laboratoires et la qualité des services offerts à la population.