Question écrite n° 48659 de M. Bernard Deflesselles

M. Bernard Deflesselles attire l’attention de M. le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur le relèvement nécessaire des seuils sociaux et fiscaux. Les comparaisons internationales de démographie d’entreprises montrent, qu’en France, l’augmentation des effectifs d’une entreprise et donc le franchissement de certains seuils, accroît très significativement le coût social pour l’employeur tout en y additionnant de nouvelles réglementations. En France, 7 ans après sa création, une entreprise emploie en moyenne 20 salariés, contre 80 en Grande-Bretagne. L’effectif moyen de toutes les entreprises françaises à leur création est de 2,7 personnes contre 6,6 aux États-Unis ou encore 4,5 en Allemagne. Véritable frein psychologique à l’embauche, ces seuils sont perçus par l’employeur comme un facteur de complexification administrative et de hausse des cotisations. À titre d’exemple, le franchissement de la barre des 50 salariés a pour conséquence l’application de 34 législations et réglementations supplémentaires pour un coût représentant 4 % de la masse salariale. Il souhaite savoir si le Gouvernement prendra en compte la proposition de Génération entreprise-entrepreneurs associés, composée de 120 parlementaires, demandant le relèvement des seuils sociaux de 10 à 20 et de 50 à 100 salariés. Une telle mesure atténuera la « peur d’embaucher ». Son impact sur l’emploi serait important : 22 500 entreprises embaucheraient des salariés supplémentaires sans ces seuils sociaux. En 2012, l’INSEE et l’IFRAP évaluaient la perte d’emplois générée par les seuils sociaux entre 70 000 et 140 000 emplois.

 

Réponse du ministre publiée le 16 septembre 2014

Sur ce sujet comme sur d’autres, le gouvernement a une méthode, une exigence qu’il applique depuis mai 2012 : le dialogue social. Conformément aux conclusions de la feuille de route sociale adoptée à la grande conférence sociale en juillet 2014, le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social a invité les partenaires sociaux à ouvrir une négociation sur la modernisation et la qualité du dialogue social au sein de l’entreprise. Un document d’orientation leur a été adressé à la fin du mois de juillet, pour une négociation qui s’ouvrira en octobre. La discussion portera sur les moyens d’améliorer les conditions dans lesquelles tous les salariés sont représentés et sont parties prenantes aux orientations et évolutions de l’entreprise, en particulier les salariés des petites et moyennes entreprises (PME) et des très petites entreprises (TPE), de rendre plus simple et plus efficace le fonctionnement des institutions représentative du personnel ou encore de faciliter et valoriser l’exercice de responsabilités syndicales dans le parcours professionnel des salariés. Dans le cadre de cette discussion la question des seuils sera abordée. Si les partenaires sociaux aboutissent à un accord, il sera transposé dans la loi, comme ce fut le cas avec la loi sur la sécurisation de l’emploi et celle relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale. Si aucun accord n’était trouvé, le gouvernement prendrait ses responsabilités.